Plateforme Moutarde

naît en Juillet 2017 à Paris.
Son objectif est de développer et créer, à partir de toutes les disciplines artistiques, des projets culturels dont l’axe principal est le spectacle et la communication avec le public.


Une Plateforme pour montrer, pour briser ce petit cercle que nous avons fabriqué, pour expliquer ce qui nous pousse, ce qui nous fait avancer. Pour nous mêler. Pour interpréter et réinterpréter.


Moutarde - c’est la couleur, c’est ce qu’on mange, c’est ce qui pique, c’est ce qui transforme tout ce qu’elle touche. La Moutarde peut donner plus de force au mouvement, plus de profondeur et de
saveur et même le gâcher. Toujours un risque; la Moutarde est un risque.

 

"Tout bouge, tout évolue, progresse. Tout se ricochette et se réverbère. D’un point à un autre, pas de ligne droite. D’un port à un port, un voyage. Tout bouge, et moi aussi ! "
 
Jacques Lecoq
Aina_-_Sé_de_un_lugar.jpeg
Aina TOMAS

Je suis née l’été 1983, l’un des plus chauds de la dernière décennie. Je suis arrivée plus tôt et plus petite que prévu. Le soleil et sa chaleur m’ont aidée à grandir. Le théâtre, le cinéma, la peinture, les crayons, les avions et les trains, marcher et courir. Vivre entre deux villes, entre deux familles, celle de toujours et celle qui naît à partir de rien. Le besoin, ou non, de changer de peau pour comprendre, explorer, expliquer ce qui nous arrive et ce qui se passe en dehors de nous-mêmes. Interprétation et réinterprétation.

 

www.ainatomas.com 

Gaëlle N_B.jpg
Gaëlle MENARD

"JE VAIS TOUT CASSER LA MAISON! "

Tel était mon projet, que j'annonçais régulièrement à mes parents, du haut de mes  4 ans. Ce programme se révélant complexe à réaliser, je me repliais vers le dessin, remplissant  d'innocentes pages blanches de furieux traits colorés. "C'est ma gymnastique!", precisai-je. 

Finalement mes parents eurent l'heureuse idée de m'inscrire à un cours de danse classique, où je pu déverser mon énergie dans des mazurkas, valses, et divers rôles.

Je découvrais la scène, cet espace sûr où les émotions peuvent s'exprimer et se déployer en toute liberté.  

La scène et moi, c'était parti. 

Iván MORALES

Iván Morales est comédien, dramaturge et scénariste. Il fait partie de la compagnie théâtrale Prisamata. En tant que comédien, il a travaillé dans plusieurs séries de télévision et dans des films tels que La caja Kovak (Daniel Monzón, 2006), Remake (Roger Gual, 2006), La silla (Julio D. Wallovits, 2006) et L’auberge espagnole (Cédric Klapisch, 2002).

 

En tant que scénariste, il a écrit pour les films El truco del manco (Santiago A. Zannou, 2008) et Mi dulce (Jesús Mora, 2001). Morales a également écrit et réalisé les courtmétrages Dibujo de David (2007) et Ha llegado el momento de contarte mi secreto (2000).

 

 Au théâtre, il a joué dans plusieurs spectacles et il a écrit et mis en scène Sé de un lugar, primé avec le Prix Butaca 2012 au Meilleur spectacle de petit format et avec le Prix Time Out Barcelona 2012 au Meilleure œuvre de création. Morales a également été responsable de Jo mai, en première au Grec 2013 Festival de Barcelona, et Cleopatra, sorti au Teatre Lliure en 2015. En 2017 il présenta le spectacle La calavera de Connemara de Martin MacDonagh à la Sala Villarroel de Barcelone.

Source : https://www.catalandrama.cat/en/autor/ivan-morales/

Marc foto 1.jpg
Marc GARCIA

Je suis né à Barcelone en 1980, et j’ai grandi dans une ville de plage, regardant les vagues aller et venir. Ensuite, j’ai vécu à Barcelone, à Madrid, à Minorque et à Paris. Il y a quelque chose de moi dans tous ces coins du monde. Je suis acteur et j’ai fait du théâtre, du cinéma et de la télévision. Mais c’est à Paris – où j’ai vécu pendant quatre ans – que je commence à écrire; peut-être en raison de la nécessité de rassembler tous ces morceaux de moi que j’ai laissé un peu partout. De ce fait, cette première pièce  (Nid)  parle de reconstruction,

de remise en question après des années à la dérive. Regarder le fleuve et regarder ce qui semble.
Je m’appelle Marc.

Tolgay N_B.jpg
Tolgay PEKIN

Respirer.

La première fois que j’ai respiré il y a 33 ans, j'étais à Izmir (Smyrne), au bord de la mer Egée. Je suis un grand garçon de la mer et passionné de jeu d'échecs. La mémoire, le jeu, la géométrie, les lignes, les variantes, les formes et l'espace m'ont toujours impressionné. A part tout ça, j'ai toujours aimé chanter. Je me souviendrai toujours de cette vieille voisine qui me disait "Ah...c'est toi qui chante alors les soirs sous la douche? T'as une très belle voix". Je me situais entre la honte et la fierté. Mon désir de "partager sur scène" a probablement débuté comme ça.

En 2018, je suis à Paris, je continue à respirer.

Miquel Escudero foto by Lauvandescoeur
Miquel ESCUDERO

L'écriture m'aide à exister. Je passe ma journée à écrire : surtout quand je ne suis pas devant l'ordinateur, surtout quand je n'ai pas un stylo à la main.

J'aime bien te regarder dans les yeux pendant que je joue. J'aime bien voir la fossette de ta joue si tu souris après une blague que j'ai écrite.

Me vois-tu maintenant ? Je ne suis pas en train d'écrire. Je n'existe plus.